SYNOPTIQUE CALL FOR PAPERS: Institutionalizing Moving Image Archival Training: Analyses, Histories, Theories

SUBMISSION DEADLINE: November 30, 2016

La version française suit.

In 1995, film preservationist Raymond Edmondson titled his essay on the current state of film preservation with the question “Is Film Archiving a Profession?” (Edmondson, 1995). What could be answered with a firm yes nowadays was a more than a justified inquiry twenty years ago. While the need for the organized collection and preservation of moving images had been widely approved and instigated by then, the systematic training and education of archivists had not. Archivists still acquired their skills and knowledge predominantly through hands-on experience on site and widely distributed codes of ethics and “how to” guidelines. Meanwhile, university-based training was limited to occasional seminars, local symposia, and informal internship programs. Today, the situation has drastically changed. Numerous specialized degrees prepare their graduates to work with all kinds of moving images in diverse institutional settings, ranging from local and national archives and museums to software developers and new media corporations, among others.

Yet, the institutionalization of university-based archival training stemmed not only from increased interest in moving image heritage, the expansion of archival networks, or the need to equip students with applicable expertise for careers in the cultural industries. They also emerged in a publicized awareness of the alleged crisis of the moving image in times of the increasing digitization of cultural heritage (Usai, 2001; Elsaesser, 2009). Echoing voices about the possible if not invertible “death of cinema” stimulated scholars to position film within broader conceptual frameworks of media, and encouraged governments to increase funding for preservation programs and expand public access to archival holdings (Frick, 2010). Thus, archival training programs developed at the juncture of widely diverse institutional and public realms and disciplines, and have become sites where these different forces meet to (re)imagine the role and study of moving image heritage in a digital age.

In line with recent studies on the history of film studies (Polan 2007; Wasson and Grieveson 2008; Gauthier, 2011), this issue aims to historicize and investigate the material, intellectual, and institutional history of archival training within and beyond university settings. The aim is to develop a better understanding of the social, political, and cultural forces that have shaped and defined archival training in the past and present. More than the institutionalization of established “best practices”, archival training’s different departmental homes within the humanities, social sciences, and sciences indicate differences in ontological and epistemological conceptualization of moving images and their role in culture. As such, this issue asks how archival training theoretically and practically impacts archives as sites of study as well as central spaces where moving image culture is collected, preserved, and displayed.

Submissions may include, but are not limited to, topics such as:

  • Histories of specific archival training programs
  •  Histories of DIY initiatives providing archival training
  • Archival training and theories of media preservation
  • Analysis of curricula and syllabi used for archival training
  • Histories of specific institutions and publications involved in archival training, e.g. AMIA and the Moving Image, FIAF and The Journal of Film Preservation
  • Early initiatives to establish systematic archival training
  • Archival training and the institutionalization of media preservation
  • Archival training and curation of archives, festivals, museums, art galleries, and art house cinemas
  • Conflicts between theory and practice
  • Mobility of students for and during their training, as well as after their graduation
  • Archival training and film studies, media studies, media archeology, digital humanities, game studies, museum studies, feminist studies, queer theory, etc.
  • Archivist and labor conditions within universities and archives
  • Histories of specific archives from the perspective of archival training
  • Sustainability of archival training programs and governmentality studies in education

Submission Guidelines

Essay submissions for the peer-review section should be approximately 15-30 pages including the bibliography (maximum 7,500 words), and formatted according to The Chicago Manual of Style. All images must be accompanied by photo credits and captions. We also welcome shorter pieces (2-8 pages, maximum 2,000 words) related to archival training for our non-peer review section. This section includes graduates reflecting on the nature and impact of archival training, interviews with professors and archivists involved in archival training, conference and exhibition reports, as well as reviews of books relevant for archival training.

All essays, reports, and other textual materials should be submitted online through the Synoptique website  (www.synoptique.ca). Authors must create a Username and Password in order to submit items online and to check the status of current submissions. Submissions are accepted in either French or English. This link will guide you through the submission process online.

Submission deadline: November 30, 2016

Contacting Synoptique

All questions and inquiries regarding journal submissions can be directed to guest editors Philipp Dominik Keidl and Christian Gosvig Olesen at: editor.synoptique@gmail.com

For the journal’s contribution guidelines, policies, and submission procedures, please visit the Synoptique website: www.synoptique.ca.

 

APPEL À CONTRIBUTIONS
Institutionnalisation de l’archivistique audiovisuelle : analyses, histoire(s) et théories

DATE DE TOMBÉE : 30 novembre 2016

En 1995, le conservateur de films Raymond Edmondson faisait paraître un essai sur l’état de son domaine d’expertise. Pour intituler son ouvrage, il avait choisi une question : Is Film Archiving a Profession?1 (« l’archivage cinématographique est-il une profession? »). De nos jours, nous répondrions « oui », sans hésiter, à cette interrogation. Cependant, il y a une vingtaine d’années, la question était plus que pertinente. En effet, si la nécessité de collecter et de préserver de façon organisée les images en mouvement avait été largement analysée et faisait alors consensus, il n’en allait pas de même de l’éducation et de la formation systématiques des archivistes. Encore aujourd’hui, ces derniers acquièrent compétences et connaissances surtout par l’intermédiaire d’expériences concrètes, effectuées in situ, et de codes de déontologie et de directives pratico-pratiques diffusés tous azimuts. À l’époque, la formation universitaire se limitait à des séminaires occasionnels, à des symposiums locaux et à des stages informels. Depuis, la situation s’est considérablement améliorée. Ainsi, de nombreux programmes d’études spécialisés préparent les futurs diplômés à travailler avec des images en mouvement de toutes sortes, et ce, dans des secteurs des plus diversifiés, notamment : les archives locales ou nationales, les musées et les entreprises qui se spécialisent dans le développement de logiciels ou les nouveaux médias.

Cela dit, l’institutionnalisation de la formation universitaire en archivistique ne résulte pas uniquement d’un intérêt accru pour l’héritage que constituent les images en mouvement, de l’expansion des réseaux archivistiques ou encore de la nécessité de doter les étudiants d’une expertise adéquate afin qu’ils fassent carrière dans le secteur culturel. Elle découle également d’une sensibilisation publique à la suite de la prétendue crise qui a secoué le domaine des images en mouvement parallèlement à la numérisation exponentielle d’éléments du patrimoine culturel2. Les nombreuses voix criant à la possible – voire à l’irrémédiable – « mort du cinéma » ont amené les érudits à replacer, sur le plan médiatique, le film dans un cadre conceptuel élargi. Par ailleurs, elles ont incité les autorités gouvernementales à subventionner plus généreusement les programmes de préservation et à faciliter davantage l’accès public aux fonds d’archives3. Conséquemment, les programmes de formation en archivistique se sont développés à la jonction d’une grande variété de disciplines et de domaines, institutionnels ou publics. À l’ère numérique, ils servent de points de rencontre aux diverses synergies qui s’exercent dans la conception et le renouvellement du rôle et de l’analyse de l’aspect patrimonial des images en mouvement. 

Dans la foulée de récents travaux portant sur l’histoire des études cinématographiques4, le prochain numéro de Synoptique examinera et contextualisera l’itinéraire matériel, intellectuel et institutionnel qu’a emprunté la formation en archivistique, et ce, tant à l’université qu’ailleurs. Nous souhaitons ainsi acquérir une meilleure compréhension des forces sociales, politiques et culturelles qui ont façonné et déterminé la formation en archivistique et qui s’exercent encore aujourd’hui. Au-delà de l’institutionnalisation de « meilleures pratiques » bien établies, l’intégration de la formation en archivistique à des départements universitaires aussi éclectiques que les sciences sociales et humaines, les lettres et les sciences proprement dites témoigne des différences qui se manifestent dans la conceptualisation ontologique et épistémologique des images en mouvement et dans leur fonction culturelle. Par conséquent, ce numéro de Synoptique s’interroge sur les effets théoriques et pratiques de la formation en archivistique audiovisuelle sur les archives, ces lieux d’études, ces carrefours, où les éléments issus de la culture des images en mouvement sont recueillis, préservés et montrés.

Les articles proposés peuvent aborder des sujets variés, notamment les suivants.

  • Récits sur des programmes de formation spécialisés en archivistique
  • Récits sur des projets autonomes de formation en archivistique
  • Formation en archivistique et théories de la préservation des documents
  • Analyse des curriculums et des plans de cours associés à la formation en archivistique
  • Récits sur des organismes axés sur la formation en archivistique et leurs publications spécialisées, comme : l’Association of Moving Image Archivists (AMIA; « association des archivistes d’images en mouvement ») et sa revue, The Moving Image; ou la Fédération internationale des archives du film (FIAF) et son semestriel, The Journal of Film Preservation
  • Premières initiatives de création d’une formation systématique en archivistique
  • Formation en archivistique et institutionnalisation de la préservation des documents
  • Formation en archivistique en relation avec la conservation des archives, les festivals, lesmusées, les galeries d’art ou les salles de cinéma d’art et d’essai
  • Divergences entre théorie et pratique
  • Mobilité des étudiants pour les besoins de leur formation, puis après l’obtention de leur diplôme
  • Formation en archivistique en interaction avec les études cinématographiques, muséales ou féministes, les études ou l’archéologie des médias, les sciences humaines numériques, les études des jeux vidéo, la théorie allosexuelle, etc.
  • Conditions de travail et d’archivage dans les milieux universitaire et archivistique
  • Récits liés à des archives précises et narrés dans une perspective de formation en archivistique
  • Durabilité des programmes de formation en archivistique et en études de la gouvernementalité de l’éducation

Modalités de présentation des contributions

Tout essai destiné à paraître dans la section avec comité de lecture fera entre 15 et 30 pages, y compris la bibliographie, et comptera au plus 7500 mots. Par ailleurs, son format respectera les directives du Chicago Manual of Style. Enfin, toute image sera accompagnée d’une légende et de l’attribution appropriée. Dans la mesure où ils traitent de formation en archivistique, les articles plus courts (soit de 2 à 8 pages et de 2 000 mots ou moins) seront pris en considération pour publication dans la section sans comité de lecture de la revue. Ce volet réunit des analyses réflexives sur la nature et l’impact de la formation en archivistique rédigées par des étudiants des cycles supérieurs, des interviews de professeurs et d’archivistes engagés dans l’enseignement de la discipline, des comptes rendus de colloques et d’expositions, de même que des critiques de livres portant sur la formation en archivistique.

Vous devez proposer en ligne tout essai, compte rendu ou texte d’une autre nature. Rendez-vous sur le site de Synoptique (www.synoptique.ca) pour créer votre compte. Après avoir choisi un nom d’utilisateur et un mot de passe, vous serez en mesure de nous acheminer votre document, qui peut être rédigé en français ou en anglais. (Pour obtenir des précisions sur le processus de présentation en ligne, activez ce lien.) Par la suite, vous pourrez suivre l’état de votre proposition à partir de votre compte d’utilisateur.

Date de tombée : 30 novembre 2016

Nous joindre

Pour toute question ou demande d’information concernant la proposition d’un article à Synoptiquevous pouvez contacter les rédacteurs invités Philipp Dominik Keidl et Christian Gosvig Olesen, à l’adresse editor.synoptique@gmail.com

Pour connaître la politique et les principes directeurs régissant toute collaboration avec Synoptique, de même que la marche à suivre pour proposer un article, consultez le site Web de la revue : www.synoptique.ca.

 

 

Comments are closed.