Posts by: webmaster

CALL FOR PAPER PROPOSALS FOR FSAC 2017
(La version française suit ci-dessous)

The Annual Conference of the Film Studies Association of Canada
May 27 – May 29, 2017
Ryerson University

Held in conjunction with the
CONGRESS OF THE HUMANITIES AND SOCIAL SCIENCES

Congress 2017 Theme: “From Far and Wide: The Next 150”

FSAC SPECIAL EVENTS

Martin Walsh Memorial Lecture: Jesse Wente
“Debwewin: Truth, Reconciliation and Art”

Jesse Wente is Director of Film Programmes at TIFF Bell Lightbox, past programmer for the imagineNATIVE Film + Media Arts Festival and former president of Native Earth Performing Arts, Canada’s oldest Aboriginal theatre company.


Gerald Pratley Award Presentation:
 Rachel Webb Jekanowski (Concordia University)
Entanglements of Resource Extraction in Hudson’s Bay Company Films

Joint Event with: Sexuality Studies Association
An Evening with John Greyson”

AND MORE!!

FSAC is now seeking proposals for the 2017 conference in Toronto, Ontario (May 27 – 29, 2017). We welcome proposals for:

  • Individual presentations,
  • Pre-constituted panels,
  • Workshops or round-tables,
  • Screenings, exhibitions and other events—on topics related to the Congress theme, or on any other film or media studies topic).

Proposal Submission Deadline: Friday January 6, 2017 (midnight AST) to:

https://easychair.org/conferences/?conf=fsacacc2017

Proposals require a title, keywords and up to 500 word abstract.

This is a blind review portal. Biographical details for the program will be requested with the notice sent to successful applicants.

*If organizing a pre-constituted panel, each paper proposal must be submitted individually with the title of the panel indicated with the abstract.

IMPORTANT: ALL SUBMISSIONS MUST BE MADE THROUGH THE ABOVE LINK. YOU WILL BE ASKED TO CREATE AN ACCOUNT—IT IS EASY!

Please note that in order to be eligible to participate in the conference, all applicants must renew or become members at the time of submission.

*UNPAID APPLICANTS WILL NOT BE READ.

* Please note that you should plan to participate in a maximum of two forums, neither of which may be the same in kind. For example, you may propose and deliver a paper and submit a workshop proposal, but you may not submit two individual paper proposals (whether single or co-authored).

Additional information and instructions:

  • Presentations may be in either English or French.
  • Individual presentations are to be no longer than 20 minutes (including clips).
  • The length of presentations on panels, workshops, and/or round-tables may vary depending on the specific constitution of the session.
  • All proposals will be adjudicated by the Programming Committee.
  • All papers presented at the FSAC Conference must be original works. Proposals for previously presented papers will not be accepted.
  • Please note that by submitting a proposal, you are agreeing to the eventual online posting of your abstract on the FSAC website as part of the expanded conference program.
  • Partial financial compensation for student members’ travel to attend the annual general meeting may be provided by the Association. For more details and the application form, visit http://www.filmstudies.ca/category/grad-students.

Audio-Visual Needs

All conference presentation rooms will have video/data projectors, screens, Windows-based computers, basic sound systems, connections for laptop computers, DVD and VCR players.

Conference Organising Committee

Program Chair: Darrell Varga (President, FSAC)
Division of Art History and Critical Studies
NSCAD University(Nova Scotia College of Art and Design)
5163 Duke Street, Halifax, Nova Scotia, Canada B3J 3J6
Office Phone: 902-494-8617
dvarga@nscad.ca

Local Arrangements Coordinator: Paul Moore
Department of Sociology
Ryerson University
350 Victoria Street, Toronto, ON
M5B2K3
Ph: 416-979-5000 x2604
psmoore@ryerson.ca

 *         *          *

APPEL À COMMUNICATIONS POUR L’ACÉC 2017

Le colloque annuel de L’Association canadienne d’études cinématographiques
du 27 au 29 mai 2017
L’Université Ryerson 

Tenu dans le cadre du
CONGRÈS DES SCIENCES HUMAINES

Le thème du Congrès 2017 : « L’épopée d’une histoire : 150 ans vers l’avenir »

ÉVÉNEMENTS SPÉCIAUX DE L’ACÉC

Conférence commémorative Martin Walsh: Jesse Wente
“Debwewin: Truth, Reconciliation and Art”
[« Debwewin: Vérité, réconciliation et art »]

Jesse Wente est directeur des programmes de cinéma au TIFF Bell Lightbox, ancien programmeur au Festival imagineNATIVE du film et des arts médiatiques, et ancien président de Native Earth Performing Arts,  la plus ancienne compagnie théâtrale autochtone au Canada.

Conférence de prix Gerald Pratley

: Rachel Webb Jekanowski (Université Concordia)
Entanglements of Resource Extraction in Hudson’s Bay Company Films
[« Les Complications de l’extraction des ressources dans les films de la Compagnie de la baie d’Hudson »]

Événement conjoint avec : L’Association d’études de la sexualité
« Une soirée avec John Greyson »

L’ACÉC sollicite des propositions de communication pour son colloque annuel qui se tiendra du 27 au 29 mai 2017 à Toronto en Ontario. Nous sommes ouverts aux propositions:

  • de communication individuelle
  • de panels préconstitués
  • d’atelier ou de table ronde
  • de projection, d’exposition ou de tout autre événement portant sur des sujets liés au thème du colloque ou sur tout autre sujet lié aux études cinématographiques ou médiatiques

Date limite pour soumettre les propositions: le vendredi 6 janvier 2017 à l’adresse suivante : https://easychair.org/conferences/?conf=fsacacc2017

Les propositions doivent être accompagnées d’un titre, des mots clés, et d’un résume de 500 mots au maximum. Il s’agit d’un portail d’examen aveugle alors on vous demandera vos renseignements biographiques lors de l’envoi de l’avis d’acceptation.

* Si vous proposez un panel préconstitué, chaque proposition doit être soumise individuellement ; veuillez inclure le titre du panel avec votre résumé.

IMPORTANT :

TOUTE SOUMISSION DOIT SE FAIRE À TRAVERS LE LIEN CI-DESSUS. ON VOUS DEMANDERA DE CRÉER UN COMPTE – C’EST FACILE À FAIRE!

* Veuillez prendre note que vous devez être membre (renouvellement ou nouvelle adhésion) de l’association au moment de la soumission de votre proposition – sinon, votre proposition ne sera pas lue.

* Veuillez noter que vous ne pouvez participer qu’à deux événements de la conférence. Ces événements ne doivent pas être de même nature. Par exemple, vous pouvez proposer une communication et un atelier, mais vous ne pouvez pas proposer deux communications (que vous soyez auteur à part entière ou co-auteur).

Informations et instructions supplémentaires :

  • Les présentations peuvent être en français ou en anglais.
  • Les communications individuelles ne doivent pas dépasser 20 minutes (incluant la présentation d’extraits).
  • La durée des communications d’un panel, d’un atelier ou d’une table ronde peut varier selon leur organisation.
  • Toutes les propositions de communication doivent être jugées par le comité organisateur du colloque.
  • Toutes les communications présentées à la conférence annuelle de l’ACÉC doivent être originales. Elles ne doivent être pas avoir été publiées ni présentées ailleurs. Les propositions de communications antérieures ne seront pas acceptées.
  • Veuillez noter qu’en soumettant une proposition de communication, vous acceptez la possibilité de voir votre résumé sur le site Internet de l’ACÉC dans une version étendue du programme de la conférence.
  • L’Association sera peut-être en mesure de fournir des compensations financières partielles pour le déplacement des membres étudiants qui seront présents à l’assemblée générale annuelle. Visitez notre site pour plus de détails et pour accéder au formulaire d’application : http://www.filmstudies.ca/category/grad-students.

Besoin en matériel audiovisuel

Toutes les salles de conférence du colloque seront équipées de projecteurs numériques, d’écrans, d’ordinateurs PC, de systèmes de son, de connexions pour les ordinateurs portables et de lecteurs DVD et VCR.

Comité organisateur du colloque

Président du programme:

Darrell Varga (Président, ACÉC)
Division of Art History and Critical Studies
NSCAD University (Nova Scotia College of Art and Design)
5163 Duke Street, Halifax, Nova Scotia, Canada B3J 3J6
Téléphone (bureau) : (902) 494-8617
dvarga@nscad.ca

Coordinateur local:

Paul Moore, Department of Sociology
Ryerson University, 350 Victoria Street
Toronto ON, M5B 2K3
Téléphone (bureau) : (416) 979-5000 (x2604)
psmoore@ryerson.ca

 

Appel à communications / Call for paper
19e colloque des cycles supérieurs de l’ACÉC / 19th FSAC Grad Colloquium

Du 15 au 18 février 2017 à l’Université de Montréal
February 15-18 2017 at the University of Montréal

Échéance : 20 novembre 2016
Deadline : November 20, 2016

Les hauts, les bas et les entre-deux du cinéma : naissance et mort des segmentations en études cinématographiques 

English version will follow

Voilà près de quinze ans que chercheurs, journalistes et autres commentateurs réfléchissent sur la prétendue « révolution numérique » et les bouleversements qu’elle a entraînés au niveau de la production, de la distribution et de l’expérience cinématographiques. De cette polarité fondatrice entre le numérique et l’analogique est apparu un ensemble d’oppositions charnières qui façonnent le discours actuel. En effet, les nouvelles plateformes de diffusion et la démocratisation de certains moyens de production ont mis en relief plusieurs « binômes » qui orientent largement — à tort ou à raison — notre compréhension : cinéma/média, spectateur ordinaire/cinéphile/fan, amateur/professionnel, culture savante/culture participatoire, local/global, etc. Toutes ces oppositions ont trouvé voix et racines à travers les différentes approches disciplinaires du cinéma : culturel, esthétique, politique, historiographique, etc.

Apparues entre autres pour faire sens d’un contexte médiatique en pleine mutation, ces oppositions doivent être investiguées de nouveau, afin d’en évaluer le bien-fondé et la portée épistémologique. En s’intéressant non pas tant aux traits hétérogènes et aux disparités qu’aux zones de négociation entre ces concepts, cette édition du colloque s’oriente sur l’étude spécifique des pratiques, des objets et des modes de pensée caractérisés par l’hybridité ou l’intersectionnalité. Il s’agira ainsi non seulement d’outrepasser certaines dichotomies tenaces pour mettre en lumière la diversité et la complexité des pratiques médiatiques actuelles, mais aussi de comprendre le rôle du cinéma dans une « écologie audiovisuelle » qui semble vouloir le redéfinir complètement.

Des présentations abordant les sujets suivants (mais pas seulement) sont encouragées :

  • Les recoupements entre cinéma et d’autres médias (jeux vidéo, réalité virtuelle, littérature, etc.)
  • Le retour à une esthétique ou des moyens de production analogiques dans ou autour des productions numériques et ses effets tant sur la production, l’esthétique, ou le spectateur.
  • Les définitions et redéfinitions de métiers liés à la production cinématographique.
  • Les plateformes de diffusion de contenu vidéo sur le web et leurs effets sur la production amateure et professionnelle, ainsi que leur influence sur les spectateurs (cinéphiles et fans).
  • La production et la consommation d’œuvres de production locales/globales/« glocales »
  • L’intersectionnalité entre la culture savante et de la culture populaire (au niveau de la production du savoir, de la consécration d’œuvres, etc.)
  • Les stratégies d’appropriation corporatiste de contenus audiovisuels produits de manière indépendante ou semi-indépendante
  • Festivals de film, lieux de visionnements de films, etc.
  • Transmédialité des récits

*** Veuillez noter que toutes les propositions abordant d’autres questions que celles énumérées plus haut et/ou réfléchissant sur un autre sujet que celui proposé dans cet appel à communications sont également bienvenues, et sont invitées à être soumises à notre comité scientifique.

Conditions d’admissibilité :
Ce colloque s’adresse exclusivement aux étudiants/es de deuxième et de troisième cycle provenant d’études cinématographiques ou d’autres disciplines connexes. Les étudiants/es intéressés/es sont priés/es d’envoyer un résumé d’environ 300 et 500 mots, en français ou en anglais, au plus tard le 20 novembre 2016 à l’adresse : fsac.acec.grad.2017@gmail.com. Dans le courriel de soumission, les étudiants/es sont également priés/es d’inclure :

  • Leur nom
  • Le programme de maîtrise ou de doctorat dans lequel ils/elles sont inscrits/es
  • Leur institution universitaire
  • Le titre provisoire de leur conférence
  • Le résumé de leur présentation
  • Une bibliographie sommaire

Vous devriez recevoir la réponse du comité scientifique d’ici le 15 décembre 2016.


High, Low and Everything in Between:
The Birth and Death of Labels in Film Studies

For some fifteen years now, researchers, journalists and other commentators have discussed the so-called “digital revolution” and the impact it may have had on the production, distribution and experience of cinema. From the initial cleavage between analogue and digital, a set of pivotal oppositions have developed that effectively mould contemporary discourses. New distribution platforms and the democratization of certain production tools have given rise to a number of binary oppositions that often direct—for better or for worst—our understanding: cinema/media, spectator/cinephile/fan, amateur/professional, academic culture/participatory culture, local/global, etc. Every disciplinary approach—whether it is cultural, aesthetic, political, historiographical, etc.—has taken up these pairs of concepts.

These oppositions, which have appeared among other reasons to make sense of a media landscape in the midst of transformation, merit further investigation so that their value and epistemological reach may be reevaluated. By focusing on the zones of transfers and negotiations between these concepts rather than on their differences or unique traits, the 2017 edition of the FSAC graduate colloquium aims to shed some light on the study of practices, objects or modes of thought that are characterized by their hybridity or intersectionality. The goal, therefore, will not only be to go beyond some of these entrenched dichotomies to showcase the diversity and complexity of contemporary media practices, but also to strive to understand the role of cinema within an “audiovisual ecology” that seems to try to change it completely.

Submissions can include, but are not limited to topics such as:

  • Interactions between cinema and other media (video games, virtual reality, literature, etc.)
  • The return to analogue aesthetics or analogue modes of production within digital productions, and its effects on production, aesthetic and the spectator.
  • Definitions and redefinitions of the trades and professions of cinema production
  • Web content distribution platforms and their impact on amateur and professional productions, as well as their influence on spectators (cinephiles and fans)
  • Producing and consuming local, global and global media content
  • Intersections of academic and popular culture (in regards to knowledge creation and to the recognition of media objects, etc.)
  • Corporate strategies for acquiring independent or semi-independent audiovisual production
  • Film festivals, spaces of exhibition, etc.
  • Transmedia narratives

*** Please note that we also welcome proposals that focus on questions other than those enumerated here and/or deal with other topics altogether than the one proposed in this call for papers.

Conditions:
This colloquium is open to graduate students from film studies and similar disciplines exclusively. Interested students must submit a brief abstract (300 to 500 words), in English or French, by November 20, 2016, at the following address: fsac.acec.grad.2017@gmail.com. Submissions should include the following information:

  • Your name
  • Level of study
  • Name of your University
  • Title of your presentation
  • Abstract
  • Short bibliography

Following the analysis of submitted proposals, the scientific committee will communicate their decision by December 15, 2016.

 

Appel à contributions :
REVUE CANADIENNE D’ÉTUDES CINÉMATOGRAPHIQUES
CANADIAN JOURNAL OF FILM STUDIES 

NUMÉRO SPÉCIAL :
CONSERVATION DU CINÉMA ÉLARGI AU CANADA
Printemps 2018

Il y a pratiquement cinq décennies, l’ouvrage révolutionnaire Expanded Cinema (Cinéma élargi) de Youngblood, publié en 1970, inaugurait une nouvelle façon « élargie » d’aborder la culture de l’image en mouvement. Youngblood est généralement reconnu comme le théoricien qui a élaboré le champ des « arts médiatiques », sa pensée englobant non seulement le cinéma et la vidéo en tant que formes artistiques, mais aussi les nouvelles technologies et les processus, en particulier l’art informatique, la cybernétique, l’holographie, l’intermedia et les mass media, ainsi que les effets spéciaux et la synesthétique. Au cours de la dernière décennie, le concept de « screen subjectivity » (subjectivité à l’écran) de Kate Mondloch a fait son apparition, repoussant davantage les limites du sens du « cinéma élargi » de Youngblood aussi bien dans le champ de la théorie que de celui de la pratique (Screens: Viewing Media Installation Art, 2010). Parallèlement, Jackie Hatfield, elle aussi, a joué un rôle prépondérant en redéfinissant le cinéma à l’ère du numérique pour signifier un « vaste discours historique et philosophique », plutôt que le « cinéma » tout court. Une « configuration cinématique », écrit-elle, pourrait inclure l’intermedia, la performance, le spectacle, la vidéo, l’art et la technologie en plus du cinéma, et pourrait être située au sein de la « boîte noire » du théâtre ou du « cube blanc » de la galerie. (Expanded Cinema: Art, Performance, Film, Éd. A.L. Rees, 2011, 262).  Par ailleurs, alors que Janine Marchessault et Susan Lord ont étudié cette explosion de l’écran, « vers des formes de culture immersives, interactives et interconnectées » (Fluid Screens, Expanded Cinema, 2007, 7) sous un angle exclusivement canadien, la Revue canadienne d’études cinématographiques de son côté a, elle aussi, commis un dossier de quatre articles portant sur les écrans élargis, couvrant des sujets tels la vidéo amateur, les jeux vidéo d’arcades et les cultures iphone (20:2, 2011).

En poursuivant ce travail important dans le contexte canadien, ce numéro spécial de la RCÉC/CJFS entend mettre un accent particulier sur les liens entre l’art et le cinéma de part et d’autre de nos cultures d’écrans élargis. Comme l’a relevé Andrew Uroskie, au moment où l’image en mouvement « investit et transforme l’espace de l’art contemporain », son positionnement actuel « hétérogène et parfois ambivalent » dans la galerie et au-delà constitue une question de premier plan pour les éminents spécialistes du cinéma, les conservateurs, les artistes utilisateurs de l’installation immersive (Screen/Space: The Projected Image in Contemporary Art, Éd. Tamara Trodd, 2001, 145).

Le présent numéro « Conservation du cinéma élargi au Canada », sollicite des contributions qui examinent et éclairent, d’un bout à l’autre du pays, le flux d’images à travers les plateformes, les écrans et les espaces, tout en portant une attention particulière aux façons dont ils déconstruisent le cinéma traditionnel et le décomposent en ses différents éléments…(lumière, son, image, performance, etc.), reconfigurent l’écran dans la galerie et au-delà (dans les installations, les festivals, les espaces publics, sur les édifices et lieux du patrimoine,  les paysages, etc.) et plongent le public dans de nouvelles relations de « présence avec l’image » (Jan Holmberg, Cinemas: Journal of Film Studies, 14:1, 2003, 129). Ces thématiques pourraient inclure les travaux d’artistes canadiens de premier plan œuvrant dans le champ du cinéma élargi / des écrans élargis / des subjectivités à l’écran tels Janet Cardiff, Dana Claxton, Stan Douglas, Atom Egoyan, Kent Monkman, entre autres) ; les artistes canadiens émergents et d’autres artistes dont les travaux englobent ces thématiques ; des recherches en cours sur les projets de conservation tant à l’échelle locale que nationale, ainsi que des évènements, petits ou grands, organisés à travers le Canada (tels que Nuits blanches, des activités et programmes individuels ou collaboratifs), qu’ils soient contemporains ou historiques.

Les chercheurs et les conservateurs sont particulièrement encouragés à joindre à leurs contributions le matériel d’appui visuel, tandis que les artistes sont fortement encouragés à élaborer et à mettre en contexte leurs contributions au moyen de concepts et d’une analyse académiques. 

DIRECTIVES CONCERNANT LES SOUMISSIONS :

a) Propositions d’articles :

Les propositions d’articles de 300 à 500 mots, accompagnées d’une brève notice biographique de 100 à 150 mots, devront être envoyées à la rédactrice du numéro spécial : Christine.Ramsay@URegina.Ca

Date limite : 15 octobre 2016

Les auteurs dont les propositions seront retenues recevront une confirmation de la rédactrice du numéro spécial le 30 octobre 2016.

b) Articles :

Les propositions retenues à des fins d’articles devront se conformer aux directives indiquées ci-dessous :

Les articles d’une longueur de 20 à 25 pages, soit 5000 à 6250 mots, devront être rédigés en français ou en anglais, en double interligne, y compris les citations en retrait et les notes de fin de texte. Les pages devront être numérotées. Sur une page séparée, seuls le titre de la proposition d’article et le nom de son auteur doivent être indiqués. Par ailleurs, les citations doivent être insérées automatiquement en notes de fin de texte conformément au style Chicago. Les articles, accompagnés d’un résumé de 100 à 150 mots et d’une brève notice biographique, devront être envoyés sous forme de pièces jointes (MS Word) à l’adresse ci-dessous : Christine.Ramsay@URegina.Ca

Date limite : 1 mai 2017 

Veuillez transmettre séparément toute image faisant partie intégrante de votre soumission, sous forme de fichiers en haute résolution (300-dpi). Présentez-les sous forme de figures consécutives (selon le style : Fig. 1 : Légende) et veuillez indiquer la légende et le crédit complet. Il est de la responsabilité des auteurs d’obtenir la permission nécessaire relative à l’exploitation des images, ainsi qu’au droit d’auteur.

NOTEZ BIEN :

Les articles seront soumis à l’examen de la rédactrice du numéro spécial, puis feront individuellement l’objet d’une évaluation à double insu, conformément au processus d’évaluation standard du Comité de rédaction de la Revue canadienne d’études cinématographiques.

Pour de plus amples renseignements au sujet de la RCÉC/CJFS, veuillez consulter le site Web ci-dessous : www.filmstudies.ca/journal

Pour de plus amples renseignements concernant les directives de la RCÉC/CJFS au sujet du texte final, veuillez consulter le contenu du lien ci-après :  www.filmstudies.ca/journal/cjfs/contribute/final_copy 

 

 

Call for Proposals:
CANADIAN JOURNAL OF FILM STUDIES
REVUE CANADIENNE D’ETUDES CINEMATOGRAPHIQUES 

SPECIAL ISSUE:
CURATING EXPANDED CINEMA IN CANADA
Spring 2018

It has been almost five decades since Gene Youngblood’s groundbreaking book from 1970, Expanded Cinema, opened a new, ‘expanded’ way of looking at moving image culture. Youngblood is generally credited with establishing the field of “media arts,” his thinking encompassing not only film and video as art forms, but new technologies and processes as well, such as computer art, cybernetics, holography, inter-media and mass media, special effects and synaesthetics.  In the past decade, Kate Mondloch’s concept of “screen subjectivity” has emerged to further extend the boundaries of Youngblood’s sense of “expanded cinema” in theory and practice (Screens: Viewing Media Installation Art, 2010), while Jackie Hatfield has also been influential in redefining cinema in the digital era to signify a “wide-ranging historical and philosophical discourse,” rather than “film” per se. “A cinematic configuration,” she writes, could involve inter-media, performance, spectacle, video, art and technology in addition to film, and could be located within the ‘black box’ of the theatre or the ‘white cube’ of the gallery (Expanded Cinema: Art, Performance, Film, Ed. A.L. Rees, 2011, 262).  In addition, while Janine Marchessault and Susan Lord have explored this explosion of the screen outward, “toward immersive, interactive, interconnected forms of culture” (Fluid Screens, Expanded Cinema, 2007, 7) from a uniquely Canadian perspective, the Canadian Journal of Film Studies/Revue Canadienne d’études cinématographiques, has itself also produced a dossier of four articles on expanded screens on such topics as home video, video arcades and iphone cultures (20:2, 2011).

In furthering this important work in the Canadian context, this special issue of CJFS/RCDC wishes to focus with particular emphasis on the intersections between art and film across our expanded screen cultures.  As Andrew Uroskie has observed, as the moving image “enters and transforms the space of contemporary art,” its now “heterogeneous and often ambivalent location” in the gallery and beyond is an issue at the forefront for leading screen scholars, curators, and immersive installation artists (Screen/Space: The Projected Image in Contemporary Art, Ed. Tamara Trodd, 2001, 145).

This special issue, “Curating Expanded Cinema in Canada,” invites papers which examine and elucidate, from coast to coast to coast, the flow of images across platforms, screens and spaces as they deconstruct traditional cinema into its component elements (light, sound, image, performance, etc.), reconfigure the screen in the gallery and beyond (in installations, at festivals, in urban public spaces, on heritage buildings and sites, in landscapes, etc.) and immerse audiences in new relationships of “presence with the image” (Jan Holmberg, Cinemas: Journal of Film Studies, 14:1, 2003, 129).  Topics could include leading Canadian artists working in the field of expanded cinema/expanded screens/screen subjectivities (such as Janet Cardiff, Dana Claxton, Stan Douglas, Atom Egoyan, Kent Monkman, among others); emerging and alternative Canadian artists whose work embodies these thematics;  and ongoing work in local to national curatorial projects and events, large or small, across Canada (such as nuit blanches, individual or collaborative programs and activities), whether contemporary or historical.

Scholars and curators are strongly encouraged to include visual support materials with their contributions, while artists are strongly encouraged to frame and contextualize their contributions with academic concepts and analysis. 

SUBMISSION GUIDELINES:

a) Proposals:

Please email proposals of 300 to 500 words, including a 100 to 150 word bio, to the Special Issue Editor: Christine.Ramsay@uregina.ca
http://www.uregina.ca/mediaartperformance/faculty-staff/faculty/f-ramsay-christine.html

Deadline: October 15, 2016

The Special Issue Editor will reply with acceptances by October 30, 2016. 

b) Essays:

If your proposal is accepted to go forward, please follow these parameters:

  • Papers should be 5000 to 6250 words in length (20-25 pages) in either English or French. 
  • Double-space throughout, including indented quotations and endnotes.  Pages should be numbered. The author’s name should appear only on a separate title page.  Citations should be placed in automated endnotes in the format recommended in the Chicago Manual of Style. Submissions, accompanied by a 100-150 word abstract and brief bio should be sent as email attachments in MS Word to: Christine.Ramsay@uregina.ca

 

Deadline: May 1, 2017

Please include any images separately, as well as embedded in the submission, as high-resolution (300-dpi) files. Label them as consecutive figures (in the style of: Fig. 1: Caption) and include caption and full credit. It is the responsibility of authors to obtain image permissions and copyright.

NOTE:

Papers will be reviewed by the Special Issue Editor, and then individually double-blind reviewed by readers through the standard review process of the Editorial Board of the Canadian Journal of Film Studies/Revue Canadienne d’études cinématographiques.

For further information about CJFS/RCDC, see:
http://www.filmstudies.ca/journal/

For further information about CJFS/RCDC Guidelines for Final Copy, see:
http://www.filmstudies.ca/journal/cjfs/contribute/final_copy

 

SYNOPTIQUE CALL FOR PAPERS: Institutionalizing Moving Image Archival Training: Analyses, Histories, Theories

SUBMISSION DEADLINE: November 30, 2016

La version française suit.

In 1995, film preservationist Raymond Edmondson titled his essay on the current state of film preservation with the question “Is Film Archiving a Profession?” (Edmondson, 1995). What could be answered with a firm yes nowadays was a more than a justified inquiry twenty years ago. While the need for the organized collection and preservation of moving images had been widely approved and instigated by then, the systematic training and education of archivists had not. Archivists still acquired their skills and knowledge predominantly through hands-on experience on site and widely distributed codes of ethics and “how to” guidelines. Meanwhile, university-based training was limited to occasional seminars, local symposia, and informal internship programs. Today, the situation has drastically changed. Numerous specialized degrees prepare their graduates to work with all kinds of moving images in diverse institutional settings, ranging from local and national archives and museums to software developers and new media corporations, among others.

Yet, the institutionalization of university-based archival training stemmed not only from increased interest in moving image heritage, the expansion of archival networks, or the need to equip students with applicable expertise for careers in the cultural industries. They also emerged in a publicized awareness of the alleged crisis of the moving image in times of the increasing digitization of cultural heritage (Usai, 2001; Elsaesser, 2009). Echoing voices about the possible if not invertible “death of cinema” stimulated scholars to position film within broader conceptual frameworks of media, and encouraged governments to increase funding for preservation programs and expand public access to archival holdings (Frick, 2010). Thus, archival training programs developed at the juncture of widely diverse institutional and public realms and disciplines, and have become sites where these different forces meet to (re)imagine the role and study of moving image heritage in a digital age.

In line with recent studies on the history of film studies (Polan 2007; Wasson and Grieveson 2008; Gauthier, 2011), this issue aims to historicize and investigate the material, intellectual, and institutional history of archival training within and beyond university settings. The aim is to develop a better understanding of the social, political, and cultural forces that have shaped and defined archival training in the past and present. More than the institutionalization of established “best practices”, archival training’s different departmental homes within the humanities, social sciences, and sciences indicate differences in ontological and epistemological conceptualization of moving images and their role in culture. As such, this issue asks how archival training theoretically and practically impacts archives as sites of study as well as central spaces where moving image culture is collected, preserved, and displayed.

Submissions may include, but are not limited to, topics such as:

  • Histories of specific archival training programs
  •  Histories of DIY initiatives providing archival training
  • Archival training and theories of media preservation
  • Analysis of curricula and syllabi used for archival training
  • Histories of specific institutions and publications involved in archival training, e.g. AMIA and the Moving Image, FIAF and The Journal of Film Preservation
  • Early initiatives to establish systematic archival training
  • Archival training and the institutionalization of media preservation
  • Archival training and curation of archives, festivals, museums, art galleries, and art house cinemas
  • Conflicts between theory and practice
  • Mobility of students for and during their training, as well as after their graduation
  • Archival training and film studies, media studies, media archeology, digital humanities, game studies, museum studies, feminist studies, queer theory, etc.
  • Archivist and labor conditions within universities and archives
  • Histories of specific archives from the perspective of archival training
  • Sustainability of archival training programs and governmentality studies in education

Submission Guidelines

Essay submissions for the peer-review section should be approximately 15-30 pages including the bibliography (maximum 7,500 words), and formatted according to The Chicago Manual of Style. All images must be accompanied by photo credits and captions. We also welcome shorter pieces (2-8 pages, maximum 2,000 words) related to archival training for our non-peer review section. This section includes graduates reflecting on the nature and impact of archival training, interviews with professors and archivists involved in archival training, conference and exhibition reports, as well as reviews of books relevant for archival training.

All essays, reports, and other textual materials should be submitted online through the Synoptique website  (www.synoptique.ca). Authors must create a Username and Password in order to submit items online and to check the status of current submissions. Submissions are accepted in either French or English. This link will guide you through the submission process online.

Submission deadline: November 30, 2016

Contacting Synoptique

All questions and inquiries regarding journal submissions can be directed to guest editors Philipp Dominik Keidl and Christian Gosvig Olesen at: editor.synoptique@gmail.com

For the journal’s contribution guidelines, policies, and submission procedures, please visit the Synoptique website: www.synoptique.ca.

 

APPEL À CONTRIBUTIONS
Institutionnalisation de l’archivistique audiovisuelle : analyses, histoire(s) et théories

DATE DE TOMBÉE : 30 novembre 2016

En 1995, le conservateur de films Raymond Edmondson faisait paraître un essai sur l’état de son domaine d’expertise. Pour intituler son ouvrage, il avait choisi une question : Is Film Archiving a Profession?1 (« l’archivage cinématographique est-il une profession? »). De nos jours, nous répondrions « oui », sans hésiter, à cette interrogation. Cependant, il y a une vingtaine d’années, la question était plus que pertinente. En effet, si la nécessité de collecter et de préserver de façon organisée les images en mouvement avait été largement analysée et faisait alors consensus, il n’en allait pas de même de l’éducation et de la formation systématiques des archivistes. Encore aujourd’hui, ces derniers acquièrent compétences et connaissances surtout par l’intermédiaire d’expériences concrètes, effectuées in situ, et de codes de déontologie et de directives pratico-pratiques diffusés tous azimuts. À l’époque, la formation universitaire se limitait à des séminaires occasionnels, à des symposiums locaux et à des stages informels. Depuis, la situation s’est considérablement améliorée. Ainsi, de nombreux programmes d’études spécialisés préparent les futurs diplômés à travailler avec des images en mouvement de toutes sortes, et ce, dans des secteurs des plus diversifiés, notamment : les archives locales ou nationales, les musées et les entreprises qui se spécialisent dans le développement de logiciels ou les nouveaux médias.

Cela dit, l’institutionnalisation de la formation universitaire en archivistique ne résulte pas uniquement d’un intérêt accru pour l’héritage que constituent les images en mouvement, de l’expansion des réseaux archivistiques ou encore de la nécessité de doter les étudiants d’une expertise adéquate afin qu’ils fassent carrière dans le secteur culturel. Elle découle également d’une sensibilisation publique à la suite de la prétendue crise qui a secoué le domaine des images en mouvement parallèlement à la numérisation exponentielle d’éléments du patrimoine culturel2. Les nombreuses voix criant à la possible – voire à l’irrémédiable – « mort du cinéma » ont amené les érudits à replacer, sur le plan médiatique, le film dans un cadre conceptuel élargi. Par ailleurs, elles ont incité les autorités gouvernementales à subventionner plus généreusement les programmes de préservation et à faciliter davantage l’accès public aux fonds d’archives3. Conséquemment, les programmes de formation en archivistique se sont développés à la jonction d’une grande variété de disciplines et de domaines, institutionnels ou publics. À l’ère numérique, ils servent de points de rencontre aux diverses synergies qui s’exercent dans la conception et le renouvellement du rôle et de l’analyse de l’aspect patrimonial des images en mouvement. 

Dans la foulée de récents travaux portant sur l’histoire des études cinématographiques4, le prochain numéro de Synoptique examinera et contextualisera l’itinéraire matériel, intellectuel et institutionnel qu’a emprunté la formation en archivistique, et ce, tant à l’université qu’ailleurs. Nous souhaitons ainsi acquérir une meilleure compréhension des forces sociales, politiques et culturelles qui ont façonné et déterminé la formation en archivistique et qui s’exercent encore aujourd’hui. Au-delà de l’institutionnalisation de « meilleures pratiques » bien établies, l’intégration de la formation en archivistique à des départements universitaires aussi éclectiques que les sciences sociales et humaines, les lettres et les sciences proprement dites témoigne des différences qui se manifestent dans la conceptualisation ontologique et épistémologique des images en mouvement et dans leur fonction culturelle. Par conséquent, ce numéro de Synoptique s’interroge sur les effets théoriques et pratiques de la formation en archivistique audiovisuelle sur les archives, ces lieux d’études, ces carrefours, où les éléments issus de la culture des images en mouvement sont recueillis, préservés et montrés.

Les articles proposés peuvent aborder des sujets variés, notamment les suivants.

  • Récits sur des programmes de formation spécialisés en archivistique
  • Récits sur des projets autonomes de formation en archivistique
  • Formation en archivistique et théories de la préservation des documents
  • Analyse des curriculums et des plans de cours associés à la formation en archivistique
  • Récits sur des organismes axés sur la formation en archivistique et leurs publications spécialisées, comme : l’Association of Moving Image Archivists (AMIA; « association des archivistes d’images en mouvement ») et sa revue, The Moving Image; ou la Fédération internationale des archives du film (FIAF) et son semestriel, The Journal of Film Preservation
  • Premières initiatives de création d’une formation systématique en archivistique
  • Formation en archivistique et institutionnalisation de la préservation des documents
  • Formation en archivistique en relation avec la conservation des archives, les festivals, lesmusées, les galeries d’art ou les salles de cinéma d’art et d’essai
  • Divergences entre théorie et pratique
  • Mobilité des étudiants pour les besoins de leur formation, puis après l’obtention de leur diplôme
  • Formation en archivistique en interaction avec les études cinématographiques, muséales ou féministes, les études ou l’archéologie des médias, les sciences humaines numériques, les études des jeux vidéo, la théorie allosexuelle, etc.
  • Conditions de travail et d’archivage dans les milieux universitaire et archivistique
  • Récits liés à des archives précises et narrés dans une perspective de formation en archivistique
  • Durabilité des programmes de formation en archivistique et en études de la gouvernementalité de l’éducation

Modalités de présentation des contributions

Tout essai destiné à paraître dans la section avec comité de lecture fera entre 15 et 30 pages, y compris la bibliographie, et comptera au plus 7500 mots. Par ailleurs, son format respectera les directives du Chicago Manual of Style. Enfin, toute image sera accompagnée d’une légende et de l’attribution appropriée. Dans la mesure où ils traitent de formation en archivistique, les articles plus courts (soit de 2 à 8 pages et de 2 000 mots ou moins) seront pris en considération pour publication dans la section sans comité de lecture de la revue. Ce volet réunit des analyses réflexives sur la nature et l’impact de la formation en archivistique rédigées par des étudiants des cycles supérieurs, des interviews de professeurs et d’archivistes engagés dans l’enseignement de la discipline, des comptes rendus de colloques et d’expositions, de même que des critiques de livres portant sur la formation en archivistique.

Vous devez proposer en ligne tout essai, compte rendu ou texte d’une autre nature. Rendez-vous sur le site de Synoptique (www.synoptique.ca) pour créer votre compte. Après avoir choisi un nom d’utilisateur et un mot de passe, vous serez en mesure de nous acheminer votre document, qui peut être rédigé en français ou en anglais. (Pour obtenir des précisions sur le processus de présentation en ligne, activez ce lien.) Par la suite, vous pourrez suivre l’état de votre proposition à partir de votre compte d’utilisateur.

Date de tombée : 30 novembre 2016

Nous joindre

Pour toute question ou demande d’information concernant la proposition d’un article à Synoptiquevous pouvez contacter les rédacteurs invités Philipp Dominik Keidl et Christian Gosvig Olesen, à l’adresse editor.synoptique@gmail.com

Pour connaître la politique et les principes directeurs régissant toute collaboration avec Synoptique, de même que la marche à suivre pour proposer un article, consultez le site Web de la revue : www.synoptique.ca.

 

 

https://hr.cf.ryerson.ca/ams/faculty/preview.cfm?posting_id=505976

Film Historian, Film Preservation and Collections Management 

The School of Image Arts in the Faculty of Communication and Design at Ryerson University in Toronto invites applications for a full-time, tenure-track position at the Assistant Professor level, in Film Studies, to teach in the undergraduate film program and the graduate program in Film and Photography Preservation and Collections Management (F+PPCM).

Candidates must hold a PhD in Film Studies, preferably in Film History, or be ABD with a defense date set. Given the burgeoning field of film preservation and collections management, a qualified candidate without a PhD may be considered in exceptional circumstances. The ideal candidate will have a specialization in Film Preservation and Collections Management or a closely related field. The appointment, effective January 1, 2017, is subject to final budgetary approval.

Ryerson’s School of Image Arts is recognized internationally for offering top undergraduate and graduate programs in film and photography. Its curriculum is designed to lead to careers in the film, photography, new media, communications, and the cultural industries. The School’s full-time faculty is made up of dedicated individuals with established professional, research, and teaching experience in their respective areas of expertise.

Our unique two-year graduate program in Film and Photography Preservation and Collections Management is designed to deepen students’ understanding of the history of filmic and photographic media, particularly their social, cultural, and instrumental uses of these media as part of collections and archives. The program provides an integrated plan of study in academic and professional education that equips students to meet current responsibilities and future demands in film and photography preservation and in managing these collections. F+PPCM faculty includes film and photographic historians, scientists, practitioners, curators and other museum professionals.

The successful applicant should have demonstrated expertise in one or more of the following areas: film history with a specialization in film preservation and collections management; library and information science; history of film and media technology; analogue and digital film restoration; media archeology; archival theory; museum studies; cultural heritage; film curation. Practical experience working in or with film archives, or collections management is an asset. Candidates will also be expected to establish new international institutional partners for the program, to liaise with guest scholars and organize symposia that focus on film history and film preservation. The successful candidate is expected to teach a variety of film history courses at both the undergraduate and graduate levels. She or he must provide evidence of high-quality teaching and a strong research profile (e.g. ability to demonstrate and maintain an independent, externally funded research program), as well as the capacity for collaboration and collegial service.

Ryerson University is located in the multicultural heart of downtown Toronto. Candidates must have a demonstrated commitment to upholding the values of equity, diversity, and inclusion as it pertains to service, teaching, and scholarly research and creative activities.

This position falls under the jurisdiction of the Ryerson Faculty Association (RFA). The RFA collective agreement can be viewed at: http://www.ryerson.ca/content/dam/teaching/documents/RFA_CA/RFA_Collective_Agreement-July_1_2011_to_June_30_2015.pdf. The RFA’s website can be found at: www.rfanet.ca. A summary of RFA benefits can be found at:http://www.ryerson.ca/hr/benefits/benefits_by_group/rfa/index.html.

Applicants must submit their application online via the Faculty Recruitment Portal (click on Start Application Process above). Please indicate in your application if you are a Canadian citizen or a permanent resident of Canada. Applications sent by mail, email or fax will not be accepted.

Applicants must include a cover letter, curriculum vitae, two recent samples of scholarly publishing and/or archival work, results of teaching surveys (or equivalent evidence such as a teaching dossier), and three letters of reference. Applicants should arrange for references to be sent directly from referees to Cathy Gullo, Program Manager of the School of Image Arts (cgullo@ryerson.ca). Confidential inquiries can be directed to (bfitzpatrick@ryerson.ca) Chair, School of Image Arts. Deadline for applications is September 15, 2016. 

Ryerson University is strongly committed to fostering diversity within our community. We welcome those who would contribute to the further diversification of our staff, our faculty and its scholarship including, but not limited to, women, visible minorities, Aboriginal people, persons with disabilities, and persons of any sexual orientation or gender identity. Please note that all qualified candidates are encouraged to apply but applications from Canadians and permanent residents will be given priority.

 

ATTENTION GRAD STUDENTS:

2016 GERALD PRATLEY AWARD - LE PRIX GERALD PRATLEY 2016

The Gerald Pratley Award was established in 1991 in tribute to Gerald Pratley‘s (1923-2011) contribution to the advancement of Canadian film studies. The Association invites applications from Honours and Graduate students (MA or PhD) undertaking innovative research in cinema studies that will contribute to the understanding of Canadian/Québec cinema both within this country and elsewhere.

Le Prix Gerald Pratley fut créé en 1991 pour honorer la contribution de M. Pratley à l’avancement des études cinématographiques canadiennes. L’Association sollicite des candidatures soumises par des étudiants des cycles supérieurs (maîtrise ou doctorat) ayant un excellent dossier académique et dont les recherches permettront d’améliorer les connaissances sur le cinéma canadien/québécois au Canada ou à l’étranger.

Value of Award / Valeur du prix: $1000.00

Eligibility – Conditions d’admissibilité:

Students entering or completing a graduate program in Film Studies (or any related discipline) in any recognized post-secondary institution in or outside Canada. Applicants need not be Canadian citizens.

Sont admissibles les étudiants inscrits à un programme d’études supérieures en études cinématographiques (ou toute autre discipline connexe) dans un établissement d’enseignement postsecondaire reconnu situé au Canada ou à l’extérieur du pays. Les candidats n’ont pas besoin d’être citoyens canadiens.

Criteria – Critères de sélection:

The Award will assist with the cost of the student’s continuing studies in the area of Canadian/Québec cinema and is based on the student’s previous academic performance and his or her intentions for a specific paper or body of research on Canadian/Québec cinema. The project should be one that is capable of being completed within one year and the successful candidate is expected to present a paper reporting on the results of his or her project at the FSAC/ACEC annual conference during the Congress of the Social Sciences and Humanities.

Ce prix aidera à payer une partie des coûts liés à une recherche dans le domaine du cinéma canadien/québécois. Le lauréat sera sélectionné sur la base de son dossier académique et sur ses intentions d’écrire un article sur le cinéma canadien/québécois. L’étudiant devra compléter son projet de recherche à l’intérieur d’une année. Il devra également présenter les résultats de ses recherches à la conférence annuelle de la FSAC/ACÉC au cours du Congrès des sciences humaines.

Application Deadline – Date limite pour la présentation des demandes:

31 August 2016 / 31 août 2016

Applications should include – Les dossiers de candidature doivent inclure:

1) a brief research proposal (500 words) including bibliography. 2) two letters of recommendation (by e-mail to dvarga@nscad.ca). 3) one sample of previous work (3000 to 5000 words). 4) official university transcripts or unofficial grade reports (may be scanned to send by e-mail).

1) une courte présentation du projet de recherche (500 mots) incluant la bibliographie. 2) deux lettres de recommendation (par courriel: dvarga@nscad.ca). 3) un exemple de travail antérieur (3000 à 5000 mots). 4) relevés de notes officiels ou des rapports non officiels (peuvent être numérisés pour soumettre par courriel).

Reference Letters should be sent directly by e-mail from the referee. Les lettres de recommendation doivent être envoyées directement de la référence par courriel.

The winning applicant may be asked to supply sealed, official transcripts at a later date. Le candidat gagnant pourrait être prié de fournir des relevés de notes officiels scellés à une date ultérieure.

Ask your Graduate Supervisor for more information about The Gerald Pratley Award. An information poster, part of which is seen above, is available for download in .PDF format (click here). Faculty are encouraged to print-out and post the document in their classrooms and offices.

The award is normally adjudged in August and payable in October upon proof of registration and programme of study. The amount awarded will be at least $1000. It is possible that this sum may be increased, and sources of outside funding are being actively sought by the association.

The association reserves the right not to grant the award if insufficient numbers of applications are received or if none of the applications is deemed worthy of the award.

Demandez à votre directeur de maîtrise ou de thèse pour de plus amples informations concernant le Prix Gerald Pratley. Une affiche d’information est téléchargeable en format PDF (cliquez ici). Nous invitons le personnel des Facultés à imprimer et à afficher ce document dans leurs classes et leurs bureaux.

Le prix est normalement remis en août et payable en octobre moyennant une preuve d’inscription. Le montant décerné sera d’au moins 1000$. Il est possible que cette somme soit augmentée. Des sources extérieures de financement sont activement recherchées par l’association.

L’association se réserve le droit de ne pas accorder de prix si un nombre insuffisant de candidatures sont reçues ou si aucune des candidatures n’est jugée digne de recevoir le prix.

 

 

Click here for PDF
Cliquez ici pour accéder au fichier PDF

La version française suivra

MEL HOPPENHEIM SCHOOL OF CINEMA
FACULTY OF FINE ARTS, CONCORDIA UNIVERSITY 

Limited-Term Appointment in Film Studies 

Concordia University’s Mel Hoppenheim School of Cinema invites applications for one limited-term appointment (LTA) position in Film Studies at the rank of Lecturer or Assistant Professor, effective August 1, 2016 to May 14, 2017.

Limited-term appointment positions are subject to budgetary approval and departmental or unit need. Individuals holding limited-term appointments may be reappointed, given continued funding and need, as well as satisfactory job performance. Together, initial appointments and subsequent reappointments may not exceed 36 months or a span of three consecutive years.

The Mel Hoppenheim School of Cinema—Canada’s largest university-based centre for the study of film animation, film production and film studies—is highly regarded around the world. The School has the distinct advantage of being situated in Concordia’s vibrant Faculty of Fine Arts, where faculty and students enjoy numerous cross-disciplinary opportunities, state-of-the-art resources and facilities, and a rich artistic and cultural context for research and study. Currently, our faculty complement includes 26 full-time professors and a talented cadre of part-time instructors, teaching more than 800 students. Our faculty and alumni have strong ties with the Quebec and Canadian film communities, and have been nominated for or won numerous international film awards.

The successful candidate will normally be expected to teach up to six courses (which may include multiple sections of the same course) during their initial appointment and up to seven courses per annum if reappointed. Successful applicants should be prepared to teach an MA seminar in Film History in addition to undergraduate lectures and seminars. Responsibilities will also include active involvement in committee and administrative work.

Candidates for this position should have a PhD in Film Studies or a related field. Preference will be given to applicants who demonstrate scholarly expertise in Film History and an interest in teaching methods and skills of research and analysis that reflect the current state of the field. Although classes are taught in English, fluency in spoken and written French would be considered an asset.

Applications may be submitted electronically to cinema@concordia.ca and consist of a letter of application; curriculum vitae; statement of teaching philosophy; evidence of teaching effectiveness (including course syllabi and evaluations); and the names and contact information of three referees. All short-listed candidates will be required to provide an attestation of terminal degree.

For detailed information about LTA salaries, visit APPENDIX 4 of the 2015-2018 Collective Agreement between Concordia University and the Concordia University Faculty Association:
http://www.concordia.ca/content/dam/concordia/services/hr/docs/agreements/CUFA_Collective_Agreement_2015_2018_EN.pdf 

Paper submissions are also accepted and can be sent to:
Catherine Russell, Professor and Chair
Mel Hoppenheim School of Cinema, Concordia University
Re: Limited-Term Appointment Position in Film Studies
1455 De Maisonneuve Blvd. W., FB 319, Montreal, Quebec, Canada H3G 1M8
Fax: 514-848-4255 

All applications should reach the School of Cinema no later than June 6, 2016. 

Inquiries regarding this position may be directed to:
Catherine Russell, Professor and Chair, Mel Hoppenheim School of Cinema
Email: Katie.Russell@concordia.ca
Tel: 514-848-2424 ext. 4798 

To learn more about working at Concordia, applicants are encouraged to consult:
http://www.concordia.ca/hr/jobs.html 
Faculty of Fine Arts: http://www.concordia.ca/finearts.html
Mel Hoppenheim School of Cinema: http://www.concordia.ca/finearts/cinema.html 

Subject to budgetary approval, we anticipate filling this position for August 1, 2016. Review of applications will begin immediately and will continue until the position is filled. 

All qualified candidates are encouraged to apply; however, Canadian citizens and permanent residents of Canada will be given priority. Concordia University is committed to employment equity.

 

ÉCOLE DE CINÉMA MEL-HOPPENHEIM FACULTÉ DES BEAUX-ARTS DE L’UNIVERSITÉ CONCORDIA
Poste à durée déterminée en études cinématographiques

Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture.

L’École de cinéma Mel-Hoppenheim de l’Université Concordia offre un poste à durée déterminée de chargé d’enseignement ou de professeur adjoint en études cinématographiques, en vigueur du 1er août 2016 au 14 mai 2017.

Tout poste à durée déterminée est proposé sous réserve des autorisations budgétaires et en fonction des besoins de l’unité ou du département intéressé. Le titulaire d’un tel poste peut être reconduit si son rendement au travail est satisfaisant, si l’unité qui l’emploie continue d’avoir besoin de ses services et si elle dispose toujours des fonds nécessaires. Au total, la nomination initiale et les reconductions subséquentes ne doivent pas excéder 36 mois ou trois années consécutives.

L’École de cinéma Mel-Hoppenheim − le plus grand centre universitaire canadien voué au cinéma d’animation, à la production cinématographique et aux études cinématographiques − jouit d’une prestigieuse réputation internationale. Elle présente l’avantage de faire partie intégrante de la Faculté des beaux-arts de l’Université Concordia, un milieu transdisciplinaire extrêmement dynamique doté d’installations à la fine pointe de la technologie, où professeurs et étudiants évoluent dans un cadre artistique et culturel propice à la recherche et à l’étude. Le corps enseignant compte 26 professeurs à temps plein et une équipe de professeurs à temps partiel talentueux qui enseignent à plus de 800 étudiants. Les professeurs et les diplômés, lauréats de nombreux prix internationaux de cinéma ou mis en nomination, entretiennent des liens étroits avec les milieux cinématographiques québécois et canadien.

Pendant son mandat initial, la personne retenue sera appelée à assumer une charge d’enseignement maximale de six cours (il pourrait s’agir de plusieurs sections d’un même cours), puis de sept cours par année en cas de reconduction. En plus des cours et séminaires de premier cycle, elle devra diriger un séminaire de maîtrise en histoire du cinéma et élaborer des cours portant sur son expertise. En outre, elle participera activement aux travaux de comités et aux tâches administratives.

Les candidats doivent être titulaires d’un doctorat en études cinématographiques ou dans un domaine connexe. La préférence sera accordée à ceux qui possèdent une expertise en histoire du cinéma et cultivent un intérêt pour les méthodes d’enseignement, de recherche et d’analyse en phase avec les connaissances actuelles dans le domaine. Même si les cours se donnent en anglais, l’aisance à parler et à écrire le français constitue un atout.

Le dossier de candidature peut être envoyé par courriel à cinema@concordia.ca. Il comprendra une lettre de motivation; un curriculum vitæ; un énoncé de la philosophie en matière d’enseignement; une preuve des aptitudes à enseigner (y compris des plans et évaluations de cours); enfin le nom et les coordonnées de trois répondants. Les finalistes devront fournir une attestation confirmant l’obtention d’un diplôme terminal.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la rémunération des postes à durée déterminée, veuillez consulter l’ANNEXE 4 de la convention collective de 2015-2018 liant l’Université et l’Association des professeurs de l’Université Concordia : http://www.concordia.ca/content/dam/concordia/services/hr/docs/agreements/CUFA_Convention_collective_2015_2018_FR.pdf

Les dossiers de candidature sur support papier sont également acceptés. Veuillez faire parvenir vos documents à :

Catherine Russell, professeure et directrice
École de cinéma Mel-Hoppenheim, Université Concordia
Objet : Poste à durée déterminée en études cinématographiques
1455, boul. De Maisonneuve Ouest Montréal (Québec) H3G 1M8
CANADA
Télécopieur : 514 848-4255

Les offres de service doivent parvenir à l’école au plus tard le 6 juin 2016.

Veuillez adresser toute question concernant le poste à Catherine Russell, professeure et directrice de l’École de cinéma Mel-Hoppenheim.
Courriel : Katie.Russell@concordia.ca
Téléphone : 514 848-2424, poste 4798

Pour en savoir davantage sur la vie professionnelle à Concordia, consultez la page http://www.concordia.ca/hr/jobs.html

Liens connexes
Faculté des beaux-arts : http://www.concordia.ca/finearts.html
École de cinéma Mel-Hoppenheim : http://www.concordia.ca/finearts/cinema.html

L’entrée en fonction est prévue pour le 1er août 2016, sous réserve des autorisations budgétaires requises. L’examen des candidatures débute immédiatement et se poursuivra jusqu’à ce que le poste soit pourvu.

L’Université Concordia souscrit au principe de l’équité en matière d’emploi. Nous examinerons le dossier de chaque candidat qualifié, mais accorderons la priorité aux Canadiens et aux résidents permanents.

 

CALL FOR PAPERS: Cinema and Technologies of Movement
SYNOPTIQUE Issue Vol. 5, no. 2
SUBMISSION DEADLINE: May 15, 2016
Click here for the CFP 

APPEL À CONTRIBUTIONS: Technologies du Mouvement au Cinéma
SYNOPTIQUE Volume 5, numéro 2
DATE DE TOMBÉE: 15 MAI 2016
Cliquez ici pour accéder au CFP

 

2016 FSAC Annual Conference
May 31 – June 2
University of Calgary
Click here for the final schedule

Conférence annuelle de l’ACÉC 2016
31 mai – 2 juin
l’Université de Calgary
Cliquez ici pour accéder au calendrier final