Issues Authors Articles Cinédocuments Reviews Search

CJFS/RCEC Articles


Click here for a list of all CJFS/RCEC articles.

Page 1 of 1 page(s)



  • 20.2 : 2011 : PDF: In an “Indian” Key: Shelley Niro’s Revisioning of the Baroque Suite Form in Suite: INDIAN by Laura L. Beadling
    PDF AVAILABLE · Abstract · Permalink
  • Page 1 of 1 page(s)



    In an “Indian” Key: Shelley Niro’s Revisioning of the Baroque Suite Form in Suite: INDIAN

    by Laura L. Beadling

    Abstract: Suite: INDIAN, a 2005 film by Shelley Niro (Mohawk), critiques Euro-American art that exploits non-specific “Indian” materials to represent allegedly “universal” themes. Niro’s own artistic vision emphasizes creativity and cultural dynamism through collaborative and interdisciplinary frameworks. Niro’s film uses a musical form—the suite—to highlight a multifaceted approach to First Nations lives and issues in a way that critiques how First Nations materials are misused by many Euro-American artists, who frequently conflate specific histories and cultures into a contextless “Indian” stereotype. Niro also uses her film as a collective and empowering space in which to showcase other Haudenosaunee artists’ work, demonstrating her commitment to her own specific culture and community and to film as a force for the dynamic creation of multiple voices that articulate a complex vision of what it means to be Haudenosaunee in the contemporary world.

    Résumé: Suite: INDIAN, un film réalisé en 2005 par la Mohawk Shelley Niro, critique l’art euro-américain qui exploite du matériel « indien » non spécifique pour représenter, prétendument, certains thèmes universels. La conception du travail de l’artiste privilégiée par Niro met plutôt l’accent sur la créativité et le dynamisme culturel dans un cadre de travail collaboratif et interdisciplinaire. Niro utilise une forme musicale -- la suite -- pour mettre l’accent sur une approche multifacette de la vie des premières nations et des défis auxquels elles font face, de manière à critiquer la façon avec laquelle certains éléments sont mal utilisés par de nombreux artistes euro-américains qui amalgament des histoires et cultures spécifiques dans un stéréotype « indien » non contextualisé. Niro utilise aussi son film comme lieu de rassemblement et de responsabilisation qui sert de vitrine au travail d’autres artistes Haudenosaunee, démarche qui démontre bien son engagement à sa culture et sa communauté et qui fait la promotion d’une conception du cinéma comme instrument de création dynamique favorisant une multiplicité de voix et articulant une vision complexe de ce que signifie être Haudenosaunee aujourd’hui.

    PDF: cjfs-20-2-Beadling-shelley-niro-indian-baroque.pdf