Issues Authors Articles Cinédocuments Reviews Search

CJFS/RCEC Articles


Click here for a list of all CJFS/RCEC articles.

Page 1 of 1 page(s)



  • 21.2 : 2012 : PDF: La campagne d’éducation civique de l’Office national du film pendant la Seconde Guerre mondiale by Gwenn Scheppler
    PDF AVAILABLE · Abstract · Permalink
  • Page 1 of 1 page(s)



    La campagne d’éducation civique de l’Office national du film pendant la Seconde Guerre mondiale

    Special Dossier on the NFB/ONF
    by Gwenn Scheppler

    Abstract: Founded in 1939, the National Film Board sought to sway the Canadian population into supporting the war effort. Its commissioner, John Grierson, was convinced that cinema could play a key role in the instruction and dissemination of democratic culture. These two contradictory aspects would make the film propaganda aimed at Canadians unique. It was within this framework that the first Campaign for Civic Education through film was initiated in 1942, the principle of which was to initiate a public dialogue. Pure propaganda films constituted only a minor proportion of programming, which also dealt with technological modernization, Canadian and international institu- tions, labour law, and cultural diversity. As a result of the success of this campaign, the distribution system lasted beyond 1945, thus perpetuating a culture where film is in constant interaction with the social context.

    Résumé: L’Office national du film du Canada a été fondé par décret en 1939 pour convaincre la population canadienne d’encourager l’effort de guerre. John Grierson, le premier directeur, était pour sa part convaincu que le cinéma peut jouer un rôle majeur dans la formation et la diffusion de la culture démocratique. La guerre va être l’occasion de mettre en pratique ses théories à très grande échelle. Ces deux aspects contradictoires vont rendre très particulière la campagne de propagande cinématographique destinée aux populations canadiennes pendant la guerre : son enjeu est aussi de constituer une alternative démocratique à l’utilisation du cinéma par les nazis.

    En 1941 l’ONF lance ses circuits ruraux et industriels, pris en charge par des représentants de terrain, qui amènent le cinéma aux quatre coins du pays, aussi reculés soient-ils. C’est dans ce cadre qu’est initiée en 1942 la première Campagne d’Éducation Civique par le film dont le principe est d’initier une concertation populaire autour des sujets abordés. Les films de pure propagande ne constituent qu’une partie mineure de la programmation. Les séances portent plutôt sur la modernisation technologique, les institutions canadiennes et internationales, le droit du travail, la diversité culturelle du Canada, la coopération. Face au succès rencontré, les circuits ruraux subsistèrent après la guerre, pérennisant une culture cinématographique dans laquelle le film est en forte interaction avec le contexte social.


    PDF: cjfs-21-2-Scheppler-ONF.pdf